Über uns / Sur nous

Mika ist unser jüngstes Reisemitglied. Er ist mit anderthalb Jahren in Alaska gestartet, brachte aber bereits ein bisschen Reiseerfahrung mit. Seitdem er ein halbes Jahr alt ist, fährt er im Anhänger mit uns in den Urlaub und ist so schon über 1.000 km durch Deutschland und Skandinavien geradelt. Er schläft noch gern im Anhänger und wenn er wach ist, lernt er fleißig englisch („Hi!“, „Bye bye!“), liest in seinen Büchern oder klaut den Teddy seiner großen Schwester.

Avant de partir, j’ai déjà 1 200 km de vélo derrière moi 🙂 ! Dans le chariot bien sûr. J’ai testé la draisienne à 3 roues à Berlin, mais ça n’a pas été concluant. Normal, je n’ai encore qu’1 an et demi lors du départ. J’aime bien faire de longues siestes dans le chariot à côté de ma sœur et quand je me réveille, je lis/déchire un livre, je dessine/me fais les dents avec des crayons, je gazouille, je rigole avec ma sœur et parfois je m’énerve quand elle ne me laisse pas faire ce que je veux. J’aime bien “aider” maman à cuisiner. Mes premiers mots sont d’ailleurs “c’est chaud”, mais ce que je préfère par dessus tout, c’est mettre les pieds dans toutes les flaques d’eau rencontrées, sauter dans la gadoue, plonger les mains et plus dans les rivières, ramasser des bâtons, des cailloux et des pommes de pain et quand j’en croise, courir après les chiens pour les “caresser”. Je n’ai peur de rien !

Marla war zu Reisebeginn dreieinhalb Jahre alt. Auch sie hat den Anhänger früh lieben gelernt und ist darin bereits 3.500 km durch Europa geradelt. Nachdem sie den Anhänger in den USA und Kanada für weitere 6.700 km mit ihrem Bruder geteilt hat, fährt sie nun seit Mexiko – mit einer FollowMe-Tandemkupplung an Mamas Rad gekoppelt – stolz auf ihrem eigenen Rad.

Du haut de mes 3 ans et demi, j’ai une bonne expérience des voyages à vélo. J’ai commencé à 8 mois (comme mon frère) sur les routes d’Öland, en Suède avec ma copine Vida. Puis j’ai fait un bout du Paris-Londres puis un tour Pontarlier-Saint-Denis juste avec mon papa (maman étant enceinte et au travail), avec aussi quelques rondes en Croatie et Slovénie. Comme j’étais seule dans mon chariot avec mon Teddy Bear, mes parents se payaient le luxe d’emmener aussi mon pot ! Mais depuis que Mika a commencé les voyages à l’été 2016 pour faire la boucle Berlin-Copenhague-Suède, je partage l’espace avec mon petit frère. Mais c’est moi qui fait la loi ! J’attends avec impatience le jour où je pourrais accrocher mon vélo, laissé à Berlin, à celui de maman en mode Follow Me, parce que j’adore pédaler !

Marilyne hat das Reiseradeln vor sechs Jahren in Guatemala und Kuba für sich entdeckt. Sie bevorzugt warme Reiseländer, wo die Honigmelonen am Straßenrand wachsen. Marilyne spricht gern mit den Menschen, die wir unterwegs treffen, sodass wir immer einen Schluck Wasser oder eine Wiese zum Zelten finden. Als Bärenexpertin wählt sie jeden Abend einen sicheren Schlafplatz für uns aus.

Novice dans le vélo, mes savoirs techniques s’arrêtent à remettre ma chaîne quand je déraille, la nettoyer et la huiler de temps en temps ! J’ai débuté les tours à vélo au Guatemala avec Daniel. On est parti d’Ixcan, à la frontière mexicaine, jusqu’au Belize, en traversant la jungle et les ruines mayas du Péten, n’avançant parfois que de 7 km à peine la journée lorsque nos vieilles cartes militaires des années 70 n’indiquaient pas que la végétation tropicale avait repris ses droits de passage ! Convaincue que le vélo est le meilleur moyen pour embarquer des petits camper dans la nature, coupler vélo et enfant ouvre des tas de portes et rend le voyage magique par moment. C’est aussi un moyen de transport super pacifique pour faire des rencontres improbables, à énergie renouvelable et donc parfait pour tenter de vivre de manière plus autonome et plus simplement.

Daniel ist mit dem Reiseradelvirus infiziert, seitdem er vor fünfzehn Jahren seine erste große Radtour nach Schweden unternommen hat. Es folgten viele weitere Radreisen in den hohen Norden (Nordkap, Island, Russland), kreuz und quer durch Europa und Lateinamerika. Daniel reist lieber in kalte Länder. Dort gibt es zwar Mücken, aber immerhin keine Malaria und keine gefährlichen Krabbeltiere und nachts ist es – zumindest im Sommer – lange hell. Er liebt einsame Schotterpisten, was uns schon den ein oder anderen Umweg beschert hat.

Je suis le spécialiste des tours à vélo de la famille avec plus de 20 000 km derrière moi. J’ai roulé ma bille des dizaines de fois en Europe et en Amérique latine. J’aurais rêvé de faire un Berlin Vladivostok via l’Himalaya, mais l’arrivée des enfants m’a freiné dans mon élan (pour l’instant). J’aime bien tout organiser et surtout prendre les routes les plus reculées et avec le plus de dénivelé. En fait, dès qu’il y a un superlatif pour décrire une route à vélo, je la surligne au marqueur : ce fut le cas par exemple de la “Farola”, à Cuba avec Marilyne (plus de 30 km de montée pure sous un soleil de plomb) et maintenant la “Top of the World Highway” avec plus de 60 km de montée en continue sur 300 km de montagnes russes sans rien sur la route pour se ravitailler, pour rejoindre Dawson City au Canada depuis Tok, en Alaska !

Schreib uns / Nous écrire: velomerica@mailbox.org